Salside – Booba paroles

Paroles Booba – Salside

Salside.
Welcome, welcome.
To the S.A.L, zer.
Ouloulou, ouloulou.

Même à travers fumée d’chicha, j’y vois net.
J’y vais pour Niafous, Beurettes, Antoinette.
Rendez-nous nos 200 filles, rendez-moi mon “Ouloulou”.
J’suis au téléphone sans fil’zer, au couvre souloulou.
Qui a niqué sa carrière bêtement en clashant ?
Hassoul-ouloul, hassoul-ouloul, à vous d’juger.
Au QG je retire cagoul-ouloule.
Toute ta carrière elle est bidon.
Tu m’as vu à la télévision sur ma télévision.
Paie-moi tout en amont ou finis momie #Toutankhamon.
Après le show les plus canons finissent dans le camion.
Mon super-héros c’Chaka Zulu, c’pas Belmondo.
Tu suces pour un “Ouloulou”, tu quittes le bando.
On t’a jamais vu, comme la go à Columbo.
Nique ta grand-mère d’côté d’ta mère avec la bite à Mutombo.
La bite’zer à Mutombo, Muto-Mutombo, ouloulou, ouloulou.
J’faisais d’l’oseille comme s’il en pleut.
Avant qu’mes anges ne naissent.
Si je vois la vie en bleu c’est comme un Crips d’Los Angeles.
Ouloulou, gros culs elles avaient, sales négros elles ameutèrent.
13, bonheur ou malheur, kalashé sur La Canebière.
Étoile du Nord comme Alonzo, sur l’terter sans Ballon d’Or.
J’suis au Pérou, café noir, à l’écart d’tout Malongo.
Unis pour le sale, que faux négros se blessent.
Je parle fort pour pas qu’la France d’en haut se baisse.
Sur la vie d’mon jnoun, j’pars pas sans l’or au cou.
Tu vaux rien comme un selfie d’la chatte à Laure Manaudou.
Perdu dans un harem, méchante cuite, je tiens debout.
Cinq ma, cinq mathusalems de suite, ouloulouuu.
Booba
Video Booba